Lingerie, Dessous et Sous-Vêtements de Marque.

Tendances

Haut les coeurs, haut les formes (Partie 2/3) !

Partie 2/3: Une affaire de femmes

Les mannequins aux corps d’adolescentes peuplent les premières pages de nos magazines favoris (comme l’iconique Kate Moss, dite « la brindille ») .kate_moss2_550889184_north_545x Se fondant sur les réactions de lectrices lasses de ne pas être assez représentées, le magazine allemand Brigitte prend le contre-pied et décide en 2009 de ne plus faire appel aux mannequins professionnels pour alimenter ses pages modes. Mais le résultat est édifiant, les ventes ont baissé, les poussant alors à faire machine arrière. Certains s’en expliqueront en prétendant qu’il était devenu compliqué de recruter des femmes hors agence. Mais la réalité semble être toute autre. Certains, à la remarque plus acide, s’accordent à dire que les femmes préfèrent voir des femmes minces entre les pages de leur magazine favoris. Karl Lagerfeld, connu pour ses propos aiguisés à l’égard de toutes celles qui sont plus ou moins rondes (il prétend entre autres que « toutes les maladies [sont] attrapées par les gens trop gros. »), répond en disant que la mode n’est affaire que de « rêves et d’illusions ». Et… il y a une part de vrai. Les podiums ne représentent pas le monde réel, et la mode reste un art. Ces femmes se déambulant sur leurs talons titanesques sont là pour disparaitre sous le vêtement, car il est vrai que la majorité des tenues conçues aujourd’hui ne sont pas faites pour mettre en valeur les corps plus en formes, même si cela tend à changer. Capture-d’écran-2010-02-21-à-12.34.24Mais que penser alors des égéries ? L’inaccessible a toujours fait rêver, il nourrit le fantasme. Penser aux pierres précieuses, qui tirent justement leur valeur de leur rareté. Être mince aujourd’hui lorsque notre morphologie ne s’y prête pas reste assez compliqué, notre mode de vie n’y aidant en rien. Mais à force de motivation, les mannequins king size font de plus en plus parler d’elles. Il y a encore du chemin à faire, mais c’est un premier pas. [slideshow_deploy id=’2783′]

L’industrie de la mode et les médias ont un rôle non négligeable dans la construction de cet idéal. En ne proposant que cet idéal de beauté ils complexent toutes les femmes (le plus grand nombre) qui n’y répondent pas. Mais c’est surtout les femmes qui sont les premières à se critiquer mutuellement, à se comparer, à juger et à souhaiter ressembler à ces filles irréelles. On en oublierait presque qu’il y a des hommes qui ne rêvent que de corps voluptueux. Mais si le jugement porté sur les femmes rondes n’est pas toujours tendre, celui porté sur celles que l’on qualifierait de « maigre » ne l’est pas davantage. Car non, maigreur n’est pas synonyme d’anorexie. On peut très bien manger comme dix et ne pas prendre un poil de graisse. Si si, ces filles-là existent, et elles aussi ont leur lot de petites remarques déplaisantes telles que « tu vas perdre un os » ou encore « faut que tu te nourrisses ». vogue-italie-juin-2011-mannequins-grande-taille_10Je ne vais pas vous faire une tirade sur l’amour inconditionnel qu’on devrait toutes se vouer les unes les autres, ni partir dans le pathos. L’obsession du corps « parfait » devrait simplement être dédramatisé et relativisé. Il y a autant de corps qu’il y a de femmes, et chacune devrait avoir la possibilité d’exprimer sa personnalité, au travers de la mode notamment. Et d’être bien dans sa peau, même si je me doute bien qu’on l’a déjà si souvent lu (juste avant la page où l’on nous conseille le dernier régime tendance). Pour répondre à cela, de plus en plus de créateurs proposent des collections adaptées aux femmes aux formes généreuses, et il y a fort à parier que cette tendance va se démocratiser, ne serait-ce que parce qu’il y a là un marché fleurissant à saisir (et oui, au-dessus de la taille 36 on aime aussi la mode !).

Suite => Partie 3/3 : Où aller piocher les bons tuyaux ?

Julie L.

Articles de Lingerie Associés :

Laisser un commentaire

Article écrit par: Julie MesDessous